Archives de catégorie : · Jérémy BOUCHEZ

Image d'un train à grande vitesse

Vers l’emballement climatique et la décroissance subie?

Par Jérémy Bouchez

Photo : Henk Sijgers CC BY-NC 2.0

Les dérèglements climatiques sont l’un des plus grands défis de l’histoire de l’humanité. C’est par ces termes que de plus en plus de scientifiques qualifient les modifications climatiques majeures que les activités humaines ont provoquées sur notre planète. Depuis le début de la révolution industrielle, et de façon accélérée depuis les années 1970, nous avons franchi plusieurs grandes limites à ne pas dépasser sous peine de mettre en péril la viabilité de nombreux écosystèmes qui assurent l’existence de la très grande majorité des espèces sur cette planète, dont la nôtre. Parmi ces limites à ne pas dépasser, celle de la température moyenne régnant à la surface de la Terre suscite les plus grandes inquiétudes. C’est aussi celle qui fait les grands titres dans la presse ces dernières années ; encore plus à la suite de la COP21 en 2015 qui a donné lieu à l’Accord de Paris. Il est important de rappeler que les pays qui ont signé cet accord international se sont engagés à mettre en place des politiques et à prendre des décisions visant à limiter l’augmentation de la température moyenne à la surface du globe à 2 °C au-dessus de celle qui régnait avant l’époque industrielle.

Malheureusement, cet accord présente de nombreuses failles. Les engagements pris à l’issue de la COP21 mèneraient tout de même la température moyenne de la surface de la planète à une augmentation de plus de 3 °C d’ici 2100 par rapport à celle qui régnait avant l’ère préindustrielle (1880). De surcroît, il s’agit d’un accord non contraignant, les États-Unis de Donald Trump l’ayant quitté. Finalement, cet événement s’est accompagné d’écoblanchiment et d’un déni de démocratie envers la société civile.

Dans ce texte, je propose en premier lieu un petit bilan des connaissances scientifiques les plus récentes sur les dérèglements climatiques dans le but d’expliquer que la possibilité d’un emballement climatique catastrophique n’est plus de la science-fiction et que, selon certaines études scientifiques récentes, nous pourrions être sur le point de l’enclencher. Je vais ensuite tenter de montrer à quel point tout cela aura évidemment d’énormes conséquences sur l’ensemble de la biosphère et bien évidemment sur les sociétés humaines. Il est ici question des impacts sur le système climatique, mais nous avons mis le feu simultanément dans d’autres pièces de la maison. Les dérèglements climatiques ne sont qu’une facette des nombreux et très graves impacts des activités humaines sur le système Terre, mais ce qu’il ne faut jamais oublier, c’est qu’ils viennent exacerber certaines autres problématiques en ajoutant de la pression sur les écosystèmes déjà fragilisés et sur toutes les espèces que ces derniers abritent. Prenons l’exemple des océans. Nous les vidons littéralement à cause de la surpêche, tandis qu’ils s’acidifient et se réchauffent en réponse au réchauffement climatique. En effet, il faut savoir que la majorité de l’excédent de chaleur que nos activités émettent dans l’atmosphère est absorbée par les océans, ils jouent donc un rôle tampon, mais il y a bien sûr une limite à l’excédent de chaleur que les océans peuvent absorber.

Nous réduisons très fortement et très rapidement la taille des habitats de nombreuses espèces, mais par-dessus tout, les dérèglements climatiques modifient rapidement certaines caractéristiques essentielles des biotopes ou lieux de vie.

La grande accélération

Pour de nombreux économistes, ce qu’on a appelé les Trente Glorieuses, cette triple décennie d’augmentation forte du produit intérieur brut (PIB) à l’échelle mondiale est encore perçue comme une période de grâce. Pourtant, d’un point de vue scientifique, elle marque surtout la « grande accélération » de l’anthropocène (un terme dont le défaut majeur est de ne pas faire de distinction dans le degré de responsabilité, N.D.R.). 1950 est en effet de plus en plus reconnue comme l’année à partir de laquelle « les courbes des indicateurs s’affolent », pour paraphraser les paroles de Will Steffen et de ses collègues dans un article scientifique publié en 2015 dans la revue The Anthropocene Review 1Will Steffen, Wendy Broadgate, Lisa Deutsch, Owen Gaffney et Cornelia Ludwig, « The trajectory of the Anthropocene : The Great Acceleration », The Anthropocene Review, vol. 2, n° 1, 2015, p. 81–98. http://doi.org/10.1177/2053019614564785..

Fig. 1. Tendances de 1750 à 2010 des indicateurs de développement socio-économique agrégés à l’échelle mondiale 2Reproduit d’après Ibid., p. 84..

Peut-être avez-vous déjà vu ces graphiques sur lesquels on peut observer des taux de croissance très forts de certains indicateurs (transports, télécommunications, tourisme international, utilisation de l’eau, consommation de pesticides, extraction de métaux — dont certains nécessaires aux énergies renouvelables —, etc.)? Pour les auteurs du livre intitulé Une autre histoire des « Trente Glorieuses » 3Céline Pessis, Sezin Topçu et Christophe Bonneuil (dir.), Une autre histoire des « Trente Glorieuses », Paris, La Découverte, 2013., cette période devrait plutôt être nommée « Les Trente Ravageuses » ou les « Trente Pollueuses » tant les conséquences environnementales ou sanitaires sont notables. Par exemple, comme le mentionne Christophe Bonneuil, un des auteur·e·s de ce livre, durant cette période, « pour chaque point de croissance économique, il y avait deux points de croissance de la consommation d’énergies fossiles4Anthony Laurent, « Les Trentes Glorieuses étaient désastreuses. Entretient avec C. Bonneuil », Reporterre, 2013. En ligne <https://reporterre.net/Les-Trentes-Glorieuses-etaient> ».

Qu’est-ce qu’un emballement climatique?

Afin de bien comprendre le phénomène de l’emballement climatique, il est tout d’abord important de parler de la notion de boucle de rétroaction positive.

Une boucle de rétroaction positive, ou positive feedback loop en anglais, signifie que les effets d’une petite perturbation sur un système induisent une augmentation de l’ampleur de la perturbation en générale. On dit que le système s’autoalimente.

A produit plus de B qui, en retour produit plus de A.

On peut citer comme exemple très connu ce qu’il se passe quand un microphone est situé trop proche d’un haut-parleur qui est censé diffuser le son provenant du micro. Il peut se produire une boucle de rétroaction positive produisant un son très désagréable.

C’est ce phénomène que les scientifiques redoutent quand ils parlent d’emballement climatique, c’est-à-dire le fait que plusieurs boucles de rétroaction positive puissent déclencher ou être déjà en train de déclencher une augmentation rapide du réchauffement climatique qu’il serait évidemment impossible de stopper jusqu’à ce que le système arrive à un autre état d’équilibre. En tenant compte de l’inertie gigantesque du système climatique terrestre, les modèles basés sur la très longue histoire climatique de la Terre suggèrent qu’un nouvel état d’équilibre prendrait inévitablement plusieurs milliers à plusieurs dizaines de milliers d’années à s’établir et il ne ressemblerait évidemment pas à l’état qui prévalait avant que les activités humaines ne modifient le système climatique. Parmi ces boucles de rétroaction, la fonte de la banquise arctique et la fonte du pergélisol inquiètent énormément les chercheur·e·s en sciences du climat.

En effet, la banquise arctique semble être entrée dans une spirale de fonte et son étendue durant l’été boréal a atteint un minimum historique en 2012 avec seulement 3,41 millions de km2. En mai 2020, la courbe de l’étendue de la banquise se situe dans des valeurs basses, légèrement au-dessus des valeurs de 2019, 2018, 2016, 2015 et 2012. En comparaison avec 1970, qui a vu le début des mesures par satellite, le bas minimum était de 10 millions de km2 environ. Plus l’étendue de la banquise diminue, tant en hiver qu’en été, plus elle est remplacée par de l’eau de mer. Or, une étendue de glace possède un albédo très important comparé à celui d’une étendue d’eau de mer.

L’albédo est la fraction de l’énergie solaire qui est réfléchie vers l’espace. Sa valeur est comprise entre 0 et 1. Plus une surface est réfléchissante, plus son albédo est élevé et donc proche de 1. Par exemple l’albédo de la neige fraîche qui est de 0,87 signifie que 87 % de la lumière solaire est réfléchie par cette forme de neige. De la neige sale possède logiquement un albédo plus bas.

L’énergie du Soleil est donc absorbée par l’océan qui en retour accélère la fonte de la banquise. Nous sommes là en présence d’une boucle de rétroaction positive très efficace. De plus, l’eau de mer attaque ce qu’on appelle la glace pluriannuelle, c’est-à-dire la glace qui se maintient sur une période d’au moins deux ans. Ce n’est donc pas seulement une perte en surface, mais aussi en volume de glace. 

Cependant, il n’y a pas que la diminution rapide de la banquise qui inquiète très fortement les scientifiques, car les effets du réchauffement climatique se font sentir dans tout l’Arctique, une région immense qui s’étend sur plusieurs pays, dont la Russie, le Canada, les États-Unis ou encore le Danemark par le biais du Groenland. Un autre indicateur qui inquiète beaucoup les scientifiques en Arctique concerne la fonte accélérée de ce qu’on appelle le pergélisol ou permafrost en anglais. Le pergélisol est un « sol (sol proprement dit ou roche, y compris la glace et les substances organiques) dont la température reste égale ou inférieure à 0 °C pendant au moins deux années consécutives 5Gouvernement du Canada, « Annexe C: Terminologie des changements climatiques ». En ligne : <https://www.rncan.gc.ca/environnement/ressources/publications/impacts-adaptation/rapports/municipalites/10092.>» et c’est dans la zone arctique qu’on retrouve la majorité du pergélisol sur la planète. Or, il faut savoir que la période 2011-2015 a été la plus chaude jamais enregistrée depuis le début des mesures en 1900. C’est en Arctique et plus généralement aux pôles que le réchauffement climatique est le plus virulent parce que le système climatique redistribue la chaleur des latitudes les plus proches de l’équateur vers les latitudes les plus élevées. La fonte du pergélisol a pour conséquence de permettre la décomposition de la matière organique par les microbes. Ce processus de décomposition relâche des gaz à effet de serre sous forme de dioxyde de carbone et de méthane. On estime que les sols gelés de l’Arctique contiennent entre 1 300 et 1 600 milliards de tonnes de carbone. Bien sûr, cet immense réservoir ne relâchera pas tout son carbone à moyen court et moyen terme, mais les plus récents scénarios tablent sur des quantités d’équivalents carbone comprises entre 6 et 33 milliards de tonnes pour le scénario le plus optimiste et 23 à 174 milliards de tonnes pour le plus pessimiste. De telles émissions compteraient pour environ 0,3°C d’augmentation de la température d’ici 2100 selon une récente étude publiée en 2019 dans la revue Nature Communications 6Katey Walter Anthony, Thomas Schneider von Deimling, Ingmar Nitze, Steve Frolking, Abraham Emond, Ronald Daanen, Peter Anthony, Prajna Lindgren, Benjamin Jones et Guido Grosse, « 21st-century modeled permafrost carbon emissions accelerated by abrupt thaw beneath lakes », Nature Communications, 9, 2018, p. 1-11. https://doi.org/10.1038/s41467-018-05738-9. Pire, selon les mêmes auteurs de l’étude, les modèles précédents de fonte du pergélisol n’incluaient pas le phénomène de « fonte abrupte » qui se déroule quand le sol dégèle et que les eaux de fonte s’immiscent dans les profondeurs gelées depuis des millénaires. Sans tenir compte de ce phénomène, les auteurs mentionnent que les modèles ont sous-estimé les émissions de carbone de 125 à 190 %…

Il y aurait d’autres données à mentionner, mais, in fine et pour reprendre une phrase bien connue des climatologues et des glaciologues, il faut retenir que « ce qu’il se passe en Arctique ne reste pas en Arctique! ».

Une chose est sûre, en parcourant la littérature scientifique la plus récente et à la pointe de la recherche sur le climat, on prend conscience que l’Arctique et, de façon plus générale, l’ensemble du système climatique sont sur le point de basculer vers un emballement, si ce n’est pas déjà le cas sans que nous en ayons conscience. Toujours selon une récente étude scientifique parue en juillet 2018 dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, il nous resterait de 10 à 20 ans pour tenter d’empêcher un emballement climatique, emballement qui pourrait se déclencher même si nous arrivions à limiter la hausse de la température moyenne à 2 °C d’ici 2100 7Will Steffen, Johan Rockström, Katherine Richardson, Timothy M. Lenton, Carl Folke, Diana Liverman, Colin P. Summerhayes, Anthony D. Barnosky, Sarah E. Cornell, Michel Crucifix, Jonathan F. Donges, Ingo Fetzer, Steven J. Lade, Marten Scheffer, Ricarda Winkelmann et Hans Joachim Schellnhuber, « Trajectories of the Earth System in the Anthropocene », PNAS, vol. 115, n° 33, 2018, p. 8252-8259. https://doi.org/10.1073/pnas.1810141115.

Quelles seraient les conséquences d’un emballement climatique?

Vous savez peut-être qu’en sciences du climat, il est classique de regarder dans le passé pour tenter de comprendre le futur. Par conséquent, les estimations que les chercheur·e·s produisent sont le résultat de travaux scientifiques visant à reconstruire le climat passé de la Terre ou des événements climatiques anciens. Sur ce point, la science a depuis à peine quelques dizaines d’années mis en place des procédés d’analyses incluant des carottages de sols à divers endroits de la planète, que ce soit des sols gelés ou pas. Par conséquent, la science commence à avoir un assez bon portrait de certains bouleversements climatiques très marquants de l’histoire de la Terre et donc de leurs conséquences sur la biosphère. Il est donc possible en appliquant les données du passé d’extrapoler et d’estimer certains impacts pour différents indicateurs en fonction des différents scénarios d’augmentation de la température moyenne du globe. En 2018, le site web britannique Carbon Brief a publié une méta-analyse composée de 70 études scientifiques 8Cf. <https://interactive.carbonbrief.org/impacts-climate-change-one-point-five-degrees-two-degrees/> afin de dresser un portrait de ce qui nous attend pour 1,5 °C, 2 °C, 3 °C et jusque 4,5 °C d’augmentation. Il est important de rappeler que l’objectif de limitation à 1,5 °C est désormais jugé inatteignable. C’est en tout cas la conclusion de 1000 scientifiques qui ont publié une tribune dans le journal Le Monde en février 2020 9« L’appel de 1 000 scientifiques : « Face à la crise écologique, la rébellion est nécessaire » », Le Monde, 2020. En ligne : <https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/02/20/l-appel-de-1-000-scientifiques-face-a-la-crise-ecologique-la-rebellion-est-necessaire_6030145_3232.html>..

Voici également quelques données présentées par le site Carbon Brief 10Cf. <https://interactive.carbonbrief.org/impacts-climate-change-one-point-five-degrees-two-degrees/> :

Conséquences projetées d’une augmentation de 1,5 °C dans l’est de l’Amérique du Nord :

  • 10 jours de vagues de chaleur chaque année en plus.
  • 79 % plus de risque de voir des chaleurs extrêmes.
  • 71 % moins de risque de voir des froids extrêmes.
  • 24 % plus de risque de subir des épisodes de pluies extrêmes.
  • En moyenne, huit millions de personnes de plus subiront un stress hydrique.

Conséquences projetées d’une augmentation de 1,5 °C à l’échelle mondiale :

  • Nombre de personnes victimes des inondations côtières : 38 millions chaque année en 2055, 60 millions en 2095.
  • Pertes économiques annuelles causées par les inondations liées à la montée des océans : 10 000 milliards de $.
  • Pourcentage de perte sur le PIB mondial : 8 %.

Les estimations de cette méta-analyse pour de nombreuses régions du globe sont également alarmantes et il convient d’ajouter que ces graves bouleversements viendront exacerber d’autres problématiques économiques, sociales et politiques. Surtout, ce sont les populations les plus pauvres et donc les plus vulnérables qui en paient déjà le prix, alors que ce sont celles qui sont les moins responsables des bouleversements planétaires enclenchés. La crise de la Covid19 nous montre à quel point nos sociétés sont devenues extrêmement fragiles et peu résilientes. Pourtant, il faut garder en tête que les impacts de cette pandémie sont de loin très inférieurs à ce que les scénarios climatiques, mêmes les plus optimistes, prévoient pour la deuxième moitié du XXIe siècle.

Il faudrait donc faire preuve du plus grand déni en 2020 pour penser que nous pouvons continuer encore quelques années dans le « business as usual ». Il est encore possible de limiter les dégâts tout en préparant les communautés à s’adapter aux graves impacts qu’on ne pourra plus éviter. Ainsi, chaque dixième de degré d’augmentation que nous éviterons va compter. Pour ce faire, il ne faut plus nous bercer des graves illusions de la croissance verte et de la technologie salvatrice. Les énergies renouvelables ont leur place, mais seulement si les pays les plus riches choisissent l’option de la sobriété énergétique. Indignons-nous, changeons, organisons et planifions la décroissance, décidons vraiment, écrivons le futur de sociétés en phase avec la nature, beaucoup plus égalitaires et soutenables, libérées du dogme mortifère de la croissance, car les lois de la physique, elles, ne nous attendront pas.

Notes   [ + ]

1. Will Steffen, Wendy Broadgate, Lisa Deutsch, Owen Gaffney et Cornelia Ludwig, « The trajectory of the Anthropocene : The Great Acceleration », The Anthropocene Review, vol. 2, n° 1, 2015, p. 81–98. http://doi.org/10.1177/2053019614564785.
2. Reproduit d’après Ibid., p. 84.
3. Céline Pessis, Sezin Topçu et Christophe Bonneuil (dir.), Une autre histoire des « Trente Glorieuses », Paris, La Découverte, 2013.
4. Anthony Laurent, « Les Trentes Glorieuses étaient désastreuses. Entretient avec C. Bonneuil », Reporterre, 2013. En ligne <https://reporterre.net/Les-Trentes-Glorieuses-etaient>
5. Gouvernement du Canada, « Annexe C: Terminologie des changements climatiques ». En ligne : <https://www.rncan.gc.ca/environnement/ressources/publications/impacts-adaptation/rapports/municipalites/10092.>
6. Katey Walter Anthony, Thomas Schneider von Deimling, Ingmar Nitze, Steve Frolking, Abraham Emond, Ronald Daanen, Peter Anthony, Prajna Lindgren, Benjamin Jones et Guido Grosse, « 21st-century modeled permafrost carbon emissions accelerated by abrupt thaw beneath lakes », Nature Communications, 9, 2018, p. 1-11. https://doi.org/10.1038/s41467-018-05738-9
7. Will Steffen, Johan Rockström, Katherine Richardson, Timothy M. Lenton, Carl Folke, Diana Liverman, Colin P. Summerhayes, Anthony D. Barnosky, Sarah E. Cornell, Michel Crucifix, Jonathan F. Donges, Ingo Fetzer, Steven J. Lade, Marten Scheffer, Ricarda Winkelmann et Hans Joachim Schellnhuber, « Trajectories of the Earth System in the Anthropocene », PNAS, vol. 115, n° 33, 2018, p. 8252-8259. https://doi.org/10.1073/pnas.1810141115
8. Cf. <https://interactive.carbonbrief.org/impacts-climate-change-one-point-five-degrees-two-degrees/>
9. « L’appel de 1 000 scientifiques : « Face à la crise écologique, la rébellion est nécessaire » », Le Monde, 2020. En ligne : <https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/02/20/l-appel-de-1-000-scientifiques-face-a-la-crise-ecologique-la-rebellion-est-necessaire_6030145_3232.html>.
10. Cf. <https://interactive.carbonbrief.org/impacts-climate-change-one-point-five-degrees-two-degrees/>